Passer au contenu

/ Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie

Rechercher

Valoriser la langue française

Source principale : Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Les autres sources sont mentionnées au bas des textes.

Des affaires en français

20% des échanges mondiaux sont issus de la francophonie

Le français est considéré comme la troisième langue des affaires dans le monde, après l’anglais et le chinois. Selon le British Council, le français est la deuxième langue des affaires dans l’espace européen après l’anglais et devant l’allemand, le russe, l’italien et l’espagnol.

Par ailleurs, comme langue de travail, le français est un atout pour les professionnels, comme en témoignent les réseaux francophones qui s’organisent à l’échelle mondiale, notamment l’Union des banques francophones, le Réseau des associations professionnelles francophones, l’Assemblée des parlementaires de la Francophonie ou la Conférence des organisations internationales non gouvernementales de la Francophonie.

Image tirée de la vidéo La langue française dans le monde de l'OIF.

Français et économie vont de pair

La langue française possède en elle-même une valeur économique. Elle peut être un élément constitutif d’un bien (un livre, un film) ou d’un service (un contenu de formation). Sa connaissance ou sa maîtrise sont aussi des compétences qui ont de la valeur sur le marché du travail et dans l’entreprise. Le français est également un « produit » que l’on peut acquérir moyennant une dépense (cours de langue, traduction, interprétation). Quant au secteur des industries culturelles, la part du marché francophone est importante dans les domaines de l’audiovisuel et de l’édition, par exemple.

Le français et les médias internationaux

Les médias francophones internationaux, comme la chaîne multilatérale francophone TV5, sont très suivis. Par exemple, TV5MONDE réunit 55 millions de téléspectateurs chaque semaine. D’autres grands groupes médiatiques, comme la BBC, diffusent également en direction de publics francophones, reconnaissant par là la valeur que représente le français comme langue de communication.

Le français dans le cyberespace

Si l’on se base sur des chiffres d’Internet World Stats, la langue française figure dans les dix premières langues dans Internet par le nombre d’utilisateurs, derrière le chinois et l’anglais, notamment. Il en est de même pour le nombre de pages Web ainsi que pour les contenus, les logiciels de communication et les réseaux sociaux.

Le français sur la scène internationale

Le français reste, dans les textes, une langue officielle et de travail de la plupart des organisations internationales, même si la tendance à l’unilinguisme anglais s’accentue dans la vie internationale. Le maintien du français et du multilinguisme y constitue un défi que la Francophonie tente de relever en concertation avec les États et gouvernements membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, les fonctionnaires internationaux et les organisations internationales elles-mêmes; une quarantaine de groupes d’ambassadeurs francophones jouent également à ce chapitre un rôle important. Les autres grands espaces géolinguistiques (le monde hispanophone, arabophone, lusophone, etc.) sont aussi engagés dans un combat commun avec la francophonie en faveur de la diversité linguistique, garante de la mise en œuvre d’une « pensée complexe ».

La francophilie? Des amoureux du français!

La francophilie était, à l'origine, l'amour du français et de la France. De nos jours, de façon générale, c'est une attitude favorable envers la langue française et les cultures du monde francophone dans leur ensemble. Depuis peu, ce mot renvoie aussi aux pays où une partie de la population a un intérêt tout particulier pour la langue française même si le français n’est pas une langue officielle et qu'il est parlé par moins de 20 % de la population.

Sources : Usito et Jacques Attali, La francophonie et la francophilie, moteurs de croissance durable, Paris, La Documentation française, 2014, 246 p.